Remise du Prix de bienfaisance par l'Académie des Sciences, Belles Lettres et Arts de Clermont-Ferrand

« Les rues portent souvent le nom de grands hommes (plus rarement de femmes). Des personnalités qui ont marqué leur temps et parfois l’Histoire. Mais s’il ne faut jamais se précipiter pour baptiser une rue, il n’est jamais trop tard pour reconnaître les mérites de ses contemporains.
L’Académie des Sciences, Belles lettres et Arts de Clermont-Ferrand, présidée par Philippe Auserve, s’y emploie en décernant des prix à ceux qui font honneur à l’Auvergne.
Ce mercredi, elle a distingué Marie-Claire Varenne, étudiante en 2e année de droit, major de sa promo (prix Achard) ; l’association Aide et Répit qui a ouvert en octobre une école de formation des aidants polyvalents pour les malades d’Alzheimer (prix Bienfaisance) ; l’artiste peintre Sylvie Bouillot pour son pastel Zapallar (prix Camille Vigouroux) et Isabelle Chassaing qui a publié, à compte d’auteur, un livre intitulé  Dessins d’élèves pendant la Grande Guerre  (prix Achard-Gardette).
Jean-Louis Prat (absent), commissaire de l’exposition Chagall qui a attiré plus de 40.000 visiteurs cet été à Brioude, s’est vu décerner le prix Grellet de la Deyte. Daniel Ruiz, président des Amis du Doyenné a annoncé qu’il serait de nouveau commissaire des prochaines expositions brivadoises. 
Jacques Mailhot (absent), humoriste et chroniqueur de La Montagne, a lui reçu le prix Mège. « Ses traits d’humour vous accompagnent chaque dimanche tout particulièrement en ces périodes troublées où nous avons tous besoin d’ouverture, de légèreté et d’humour. La Montagne, le journal de son enfance, aura 100 ans le 4 octobre prochain et continuera avec sérieux et humour son travail de proximité », a rappelé Sandrine Thomas, rédactrice en chef de La Montagne
De son côté, Olivier Bianchi, maire de Clermont-Ferrand , a rappelé l’ambition de la ville «d’être capitale européenne de la culture en 2028». Elle doit déposer un dossier de candidature en 2023.  « L'Académie des sciences, belles lettres et arts a un rôle à jouer sur le volet patrimonial. Je souhaite que vous fassiez des propositions. J'ai toujours été frappé par le regard distancié de Clermont-Ferrand à son histoire. Mais, pour nous projeter dans l'avenir, il faut bien comprendre son passé. Et il manque aujourd'hui un lieu où se regrouperaient les éléments de notre histoire».

Géraldine Messina Journal La Montagne du 17/01/2019

Photo Pierre Couble

Retour